Imprimer cet article


Covid 19 – n’ajoutez pas des problèmes judiciaires à vos problèmes économiques !

Par Marie Dupont

Lundi 20.04.20

Trouver une solution amiable en cas de conflit est une chose plus facile à dire qu’à faire.

S’il arrive régulièrement que des parties parviennent à un accord transactionnel – seules ou avec l’aide de leurs avocats et/ou d’un médiateur – il n’est pas toujours évident de négocier avec « l’autre », « l’adversaire », surtout lorsque les relations interpersonnelles passées constituent un véritable passif que l’on ne parvient pas à dépasser.

Si on n’a pas besoin d’être d’accord pour trouver une solution mutuellement profitable et équitable, on a toutefois besoin que chaque partie comprenne ce que veut l’autre et ce qu’elle dit.

Or, parvenir à écouter l’autre malgré son ressenti et reconnaître qu’il existe une autre manière de voir les choses qui, sans pour autant être partagée, mérite à tout le moins d’être prise en compte n’est pas un réflexe naturel.

A cette difficulté s’ajoute le fait qu’en situation de conflit, nous avons naturellement tendance à adopter un double réflexe excusatoire et accusatoire. On se trouve une multitude de raisons pour nous disculper et justifier nos propres comportements tandis que l’on impute à l’autre partie toute la responsabilité du litige en raison de sa faute et de sa mauvaise foi.

Plus le passif avec l’autre est lourd et important, plus nous aurons tendance à avoir ce réflexe qui empêche de véritablement se parler pour résoudre ensemble le litige. A l’inverse, moins les parties se reprochent mutuellement la situation en se disculpant de tout reproche, plus elles ont de chances de trouver un bon accord qui rencontre leurs intérêts mutuels.

En l’espèce, si les difficultés économiques et sociales découlant directement ou indirectement des mesures qui ont dû être prises pour lutter contre le Covid-19 risquent d’engendrer de nombreux conflits civils et commerciaux, il faut reconnaitre que personne n’est à blâmer.

Il y aura certes des intérêts divergents à réconcilier mais sans pour autant avancer dans un contexte émotionnel fait de reproches ou d’accusations.

Pourquoi alors ne pas commencer par tenter de trouver une solution amiable plus avantageuse que ce qu’une décision judiciaire pourrait ordonner ?

L’échange d’informations et l’identification des besoins et des contraintes de chacune des parties se fera d’autant plus facilement que la situation actuelle s’est imposée à tous en raison des circonstances.

Sans passif à gérer, les parties pourront mieux se concentrer sur une manière rationnelle de résoudre le problème et se donner un maximum de chance de trouver rapidement une solution qui leur convient à toutes les deux.

Au pire, il sera toujours temps de s’en remettre aux cours et tribunaux lorsque la justice se remettra à fonctionner normalement.

Ayez le bon réflexe !

Et n’hésitez pas à vous faire assister d’un avocat orienté solution plutôt que procédure.



Marie Dupont
Avocat au barreau de Bruxelles et médiateur agréé
INTAKT – www.intakt.law






Source : DroitBelge.Net - Actualités - 20.04.20


Imprimer cet article (Format A4)

Bookmark and Share  

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter de DroitBelge.Net ! / Les titres des actualités juridiques sur votre site

   
Recherchez gratuitement dans les archives

Pour rechercher une ou plusieurs actualités sur DroitBelge.Net, entrez une date ou une période et/ou précisez un mot clef.

Date/Période du  au    (JJMMAA)   et/ou   mot clef :

(cliquez ici pour voir toutes les actualités)